Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Liste des stages et inscription : http://www.journal3eoeil.com/

 

22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 22:41

"se balader sans répugner à s'excuser
de sa progression mal assurée
élève ou maitre qui sait qui il est<  qui sait qui enseigne à qui..>
après tout le monde est moins élevé qu'il n'y parait" < les choses ne sont pas compliquées, au contraire l'évolution passe par la simplicité>

Il existe une distinction maitre / élève dans notre société qui est clairement établie.
Dans la réalité elle n'existe pas vraiment : tout est collaboration, l'échange principal n'est pas verbal.

C'est la présence de l'autre qui provoque l'interaction et l'échange énergétique est très puissant et source d'évolution.

Pour moi il y a toujours un jeu sur trois niveaux,
a) la matière et ce qu'on croit faire consciemment,
b) l'énergie et les échanges constants entre les consciences en présence.
c) L'observateur silencieux qui se tient au delà de l'energie et qui contemple l'échange entre des énergies indistinctes qui "croient" exister indépendamment de lui
La disctinction des individus est illusoire à ce niveau, un peu comme quand on regarde un film et qu'on s'identifie aux personnages, ou bien qu'on regarde la scène globalement.
Mais on voit bien que c'est notre conscience qui fait que les points de lumière du "film" transcrivent une histoire, et elle n'existe pas en dehors d'elle.
Dans ces perceptions se mêlent les gens, les êtres de la matière (végétal, animal, minéral), mais également tous les esprits de différents niveaux du lieu, jusqu'au niveau subconscient de l'échange.
En un instant on peut percevoir plusieurs niveaux simultanément, en étant bien incapable de tout traduire linéairement (il faudrait une journée par instant pour traduire ce qui vient), mais on peut traduire de manière simplifiée l'échange.

Le mélange des trois perceptions donne un résultat étonnant suivant les moments, et suivant le niveau de conscience de chacun des niveaux.

Dans l'évolution:
Au départ on est dans le conscient, on va donc échanger verbalement ou par l'intermédiaire de bouquins, sans se rendre compte que l'échange vrai a lieu plus haut.
Ensuite on se tient dans l'inconscient et l'énergie, on va pouvoir connecter l'information directement et c'est la fusion avec l'énergie de l'autre qui fournit l'échange d'information à une vitesse et sur des niveaux dépassant le mental.
Au delà se tient le sans forme et le silence, dans lequel l'information est tellement rapide qu'elle ne peut plus être transcrite directement.
Au mieux l'énergie peut faire le lien, mais on ne peut plus transmettre la quantité d'informations.

J'ai tendance à me balader au deuxième niveau et à le traduire pour les autres dans le premier niveau, ce qui provoque une quantité de paroles "énormes" et presque ininterrompues.
C'est un peu frustrant dans les deux sens, mais traduire ce deuxième niveau de communication en parole est ce que j'ai appris à faire toute ma vie, et l'envie de le partager est assez important, surement par orgueil et vanité entre autres...

On peut faire l'échange en se tenant dans le silence et en laissant l'énergie divine faire le boulot en cheminant, je commence à y songer doucement. J'ai eu l'occasion de tester avec quelqu'un qui n'aimait pas trop que je parle.
Trouver le juste milieu entre les informations "à donner" et les autres est trop compliqué pour le mental, donc mieux vaut se laisser guider suivant le groupe.

Certaines personnes venues se balader avec moi ont bien voulu me renvoyer un témoignage pour que je les édite sur le site.


Le but ? pas très clair, peut-être avoir une idée de ce qui se passe pendant le cheminement qui est unique pour chacun.

 

Les témoignages de quelques personnes venues se balader.

 

Partager cet article

Repost 0
espritdelaforet.over-blog.com - dans Archives 2010
commenter cet article

commentaires

J.Michel 26/01/2012 17:43

La réactualisation de cet article tombe à point nommé et ne pouvait pas mieux tomber dans ce que j'ai vécu et vit encore.
Pas plus tard qu'il y a 8 jours, nous avons partagé Carine et moi une séance au Château de Liviers.

Bien que son retour d'info fut sur le moment limpide comme de l'eau de roche, mon mental moulinait à fond les manettes pour tenter de comprendre ce qui se passait et qui lui échappait une fois de
plus jusqu’à ce qu’il décroche.
Du style :
- Des questions ? me demanda Carine à plusieurs reprises au cours de notre séance.
- Non, lui répondis-je en fuyant sur un autre sujet.

Tout de suite après son départ, j’ai enchainé plusieurs rencontres tant et si bien qu’au bout du compte, le souvenir du détail de notre discussion disparu pour grande part de ma mémoire.
J’ai mis ça sur le compte que j’avais un peu trop "charger la mule" en ne m’accordant pas un temps de pose espaçant les engagements extérieurs que je m'étais imposés.

Finalement je me dis peut être que non, je n'avais pas trop "chargé la mule".
Encore un des tours de mon mental pour me le faire croire masquant ainsi à mes yeux, son incapacité à contrôler la situation , c'était habile et bien joué de sa part.

Après réflexion, je m'accrochais encore au verbal alors que le verbal n'est là que pour traduire au mental ce qui lui est inaccessible et incompréhensible.
Pour avancer, ne pas nier le mental.
Juste lui donner un peu de grain à moudre pour lui laisser le temps de raccrocher les wagons et trouver sa juste place.

J'aime bien ce que tu dis Christophe : "...on va pouvoir connecter l'information directement et c'est la fusion avec l'énergie de l'autre qui fournit l'échange d'information à une vitesse et sur
des niveaux dépassant le mental."
Ca me parle vraiment en ce moment.

Mon mental quant à lui continue de mouliner.
Qu'importe, je sens bien que l'essentiel du travail est en train d'opérer.
L’information remonte doucement car elle était sur le moment pour moi (mon mental), trop rapide et trop brute pour que j'aie le temps de l'intégrer.

C'est peut-être un peu ça le libre arbitre.
Quoi qu'on veuille ou quoi qu'on fasse, tout se passe toujours dans le respect des limites qui nous sont le plus gérables et profitables en l’instant.
Après, remonte ce que pourra.
Le changement manifeste précédera toujours ce que pourra en dire ou s’expliquer le mental.

C’est en gros, ce que j’ai compris à la lecture cet article.

J’ai eu une autre expérience du même ordre mais en plus fort.
C’était à l’issue d’un stage de groupe en co-animation avec Carine et toi.
J’ai carrément pété les plombs ou plutôt devrais-je dire mon mental.
Trop long à exposer ici.
Je l’ai cependant mis en partage via ce lien : http://alambicup.free.fr/?p=184
Durant cette expérience, j’ai pu vivre sur le moment et malgré le contexte qui l’entourait, une joie insoupçonnable que je ne compris bien plus tard :
La perfection de l’instant présent, fruit de ma propre création.

Merci à toi Christophe, pour ton action éclairante.
Bien à toi et bon toujours @tous,
JMi