Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Liste des stages et inscription : http://www.journal3eoeil.com/

 

21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 13:43

Sociabilité, rapport aux autres.

Le sujet est vaste, mais très souvent posé par les gens sous différents angles. Je vais essayer de donner des éléments pour avancer sur les causes subtiles des problèmes qu’on rencontre à ce niveau. Toujours basé sur le travail fait sur les structures inconscientes de beaucoup de gens.

Donner / recevoir, chaleur humaine, fonctionnement naturel

L’humain fonctionne sur la base d’un chimpanzé et certainement pas d’un loup. C’est notre éducation qui nous apprend que l’homme est un loup pour l’homme et finit par provoquer des comportements aberrants. Le corps lui ne tient pas le même discours et notre fonctionnement naturel non plus.

Nous sommes faits pour fonctionner en groupe, tout autre fonctionnement va avoir tendance à être toxique. Entre autres, l’évolution vient du fait que nous nous côtoyons les uns les autres.

Chacun de nous est une cellule du corps humanité. Notre comportement est normal lorsqu’il copie celui des cellules d’un corps sain : chaque cellule donne ce qu’elle est, et reçoit ce dont elle a besoin. Chaque cellule est différente et pourtant nécessaire au bon fonctionnement du corps global. Dès que nous sortons de ce fonctionnement, ça devient problématique.

Quand deux humains ont froid, ils se rapprochent et ils ont chaud. L’énergie circule en 8 (infini) entre nous et notre environnement, et entre humains également. Au naturel, l’énergie de l’un va alimenter celle de l’autre, qui l’enrichit et la renvoie, qui l’enrichit à nouveau et la renvoie etc...

Il y a une réaction en chaine qui fait que nous sommes nourris de la relation avec l’autre, et pas de l’autre. Un humain est naturellement guérisseur pour un autre humain, par sa seule présence, si le fonctionnement naturel est remis en fonction.

Après des millénaires de culture de ‘la peur du loup’, nous avons fini par nous couper de notre environnement, mais également les uns des autres en posant des armures énergétiques au niveau inconscient, qui coupent le fonctionnement naturel.

La présence des autres ne nous nourrit alors plus et peut même provoquer des réactions de défenses peu appropriées, qui peuvent aller jusqu’à nous épuiser, suivant le fonctionnement de notre structure inconsciente.

Notre nature très ‘mentale’ va avoir tendance à entrer dans une logique de survie, type prédateur, au niveau de l’énergie psychique qui est limitée chez chacun. Notre énergie psychique fonctionne un peu comme une cruche qui va se vider au fil de la journée. Ceux qui en manquent vont avoir tendance à entrer dans une logique de vol d’énergie sur les autres, par différents moyens. Ce comportement toxique est devenu commun et accepté socialement dans notre monde dit ‘civilisé’.

Pour couper ce problème, il suffit de passer par le centre(le cœur), lui remet en communication tous les éléments intérieur et extérieur, et peut laisser jaillir une énergie infinie qui va reremplir les cruches.

Logique de maitre

Le fantasme est simple : devenir immortel, pomper toutes les ressources et se cloner à l’infini tellement on est parfait. Les ‘maitres’ du monde entier, que ce soit en arts martiaux, en politique, en pseudo spiritualité ou autre, ont toujours eu le même comportement et la même vision des choses.

Dans un corps, une cellule qui devient immortelle, pompe toutes les ressources et se clone à l’infini, s’appelle un cancer, et à terme elle détruit le corps et se détruit elle-même.

Il devient évident après une certaine pratique de la spiritualité que l’évolution de l’humanité est collective et certainement pas individuelle. La logique de maitre n’a aucun sens en dehors du côté égocentrique.

Peu importe ses capacités ou ce qu’on peut faire, on reste une cellule d’un corps qui apporte sa vibration propre et accepte de donner et recevoir pour le bon fonctionnement du corps.

Guérisseurs naturels de l’ancien temps

Généralement ceux-là avaient trouvé un moyen de faire un ‘trou’ dans l’armure qui protège des autres. Ce trou est généralement contacté par une méthode personnelle héritée des ancêtres bien souvent (prière, rituel quelconque etc…) qui permet de remettre le fonctionnement normal en marche.

N’importe qui est naturellement guérisseur pour l’autre s’il enlève ses armures inconscientes !

 

Problème des médiums

Ceux qui ne sont pas bien ‘isolés’ dans leur identité et leur bulle énergétique vont avoir tendance à être poreux et à mélanger leur expérience de vie avec celles des autres, voire avec celles d’esprits qui n’ont rien à voir avec l’humain. Remettre l’isolation et fermer la bulle peut-être une bonne idée pour que la personne fonctionne normalement.

Le troisième œil ne fonctionne pas pareil : il est possible d’ouvrir ou fermer les perceptions à loisir et de filtrer ce qu’on perçoit dans le subtil, alors que le médium subit les choses de manière passive à cause de failles dans ses corps subtils (et dans son identité généralement).

 

Comportement asocial, refus de la relation humaine et de son humanité.

Pour plein de raisons inconscientes, on peut se retrouver à avoir une relation avec les autres difficile, voire quasi impossible.

Celui qui veut tout ‘donner’ et rien recevoir et inversement, l’un mène à l’autre.

C’est le classique ‘gogo spirituel’ au mieux accroché au lampadaire (je suis la lumière !) qui veut aimer tout le monde, mais se met en dehors de son humanité. C’est une sorte d’Ego spirituel qui consiste à essayer de fuir le monde par le haut. La personne veut que les autres aient besoin d’elle absolument, le classique ‘syndrome du sauveur’,  mais surtout ne pas avoir besoin des autres : fantasme du saint, qui se nourrit de prana n’a pas besoin de survie etc.. Simplement pour ne pas avoir à affronter le rapport à l’autre.

A terme soit la personne meurt, et le problème est réglé. Ce qui doit arriver si on va au bout de la logique de ne rien recevoir : dans ce cas autant arrêter de respirer pour ne pas pomper l’air aux autres !

Soit la personne croit être ‘au-delà’ des autres et entre dans une logique de type vampirique. Elle pompe les choses de manière détournée en essayant d’éviter à tout prix de voir qu’elle dépend des autres, comme n’importe quel humain.

Le fanatique religieux fonctionne ainsi, et à chaque fois c’est cousu de fil blanc. Au départ la personne veut être parfaite et aimer tout le monde. Petit à petit elle fait abstraction de son humanité et de ses comportements humains en essayant de ne pas les voir. Elle met en dehors d’elle tout ce qui lui parait négatif. En réaction elle se met de plus en plus à trouver les autres ‘mauvais’ ou ‘malsains’ et essaye de les convertir pour leur bien, ne voyant pas qu’elle ne voit que ses problèmes sur les autres. Un jour inévitablement elle en arrive à la logique qu’il faut éliminer certaines catégories de personnes qui empêche les autres d’être dans l’amour. Ca finit en meurtre généralisé. Celui qui veut combattre le démon devient le démon.

Le fantasme du ‘saint’ incarné en humain est vraiment encore très présent, alors qu’il est totalement faux.  Les saints n’ont plus rien à faire chez les humains et les humains résolvent leur expérience par eux même pour évoluer. Le libre arbitre et l’humanité sont une étape obligée de l’évolution vers le bouddha que chacun doit résoudre à sa manière.

Humains un peu plus évolués et autres humains dits réalisés

Quand on regarde leur structure subtile (sans forme), ils sont tous différents. Certains sont totalement déstructurés, surtout en Inde où la folie mystique est admise, et relaient véritablement de l’énergie divine aux dépens de leur expérience humaine , qu’ils devront vivre à un moment, donc peu de chance qu’ils dépassent l’humain ainsi. De toute façon les lieux n’ont pas besoins des humains pour relayer de l’énergie divine !

Et pour ceux qui sont structurés, chacun fonctionne différemment, suivant ce qu’il est venu incarner et sa manière de se réaliser dans l’humain.

L’humain fonctionne de manière unique à chaque fois, grâce au libre arbitre, même s'il est inconscient à notre niveau d’évolution. Et sa réalisation n’appartient qu’à lui.

Feu du foyer et château.

Depuis l’époque de Neanderthal nous avons commencé à mettre notre feu sacré (désir véritable) à l’extérieur et à en faire le ‘feu de camp’. C’est cela qui a provoqué la transformation de chimpanzé, à singe mutant ‘humain’ qui est notre état actuel d’avancement.  Puis nous avons appris à avoir peur et avons construit des murs autour. Les murs du château sont froids, et c’est le feu du foyer qui apporte la chaleur humaine. La confusion entre l’armure (les murs) et le feu est fréquente dans l’inconscient actuel.

Ceux qui sont incapables de se réchauffer à la chaleur du foyer à cause de leur structure inconsciente, vont souvent avoir besoin de fuir les autres.

La logique de sdf ou de désocialisation est principalement à chercher à ce niveau-là. Il faut aller voir pourquoi la personne s’est structurée en fuite des autres. Pour peu qu’elle ait envie de travailler sur la question.

Inversement la logique de ‘gagner au loto’ ou d’être en dehors du système est elle-même une fuite des autres et du système.

Intégrer le donner / recevoir dans son évolution plutôt que le fuir est nécessaire pour que la société évolue collectivement.

 

Arbre ancestral, fonctionnement ancestral et acceptation de sa vibration unique dans l’arbre.

Le rapport aux ancêtres, sa place dans la famille et son rôle dans sa propre vie sont des éléments primordiaux à résoudre.

Lâcher le fonctionnement psychotique de rapport aux ancêtres qui consiste à se référer à eux, alors qu’ils ne vivaient pas dans la même énergie, ni dans le même fonctionnement. Ce rapport provoque des ouvertures temporelles et devient au final toxique de manière paradoxal.

Accepter que les réalisations des ancêtres soient simplement le terreau sur lequel chacun fait pousser sa propre vie. Accepter que ses racines ne sont qu’à soi et n’appartiennent pas aux ancêtres !

De manière évidente une plante fait ses propres racines, or, dans l’inconscient humain, en se référant à ses racines tout le monde se réfère à ses ancêtres, les racines font partie de la plante, et pas des plantes du passé.

Pour moi la meilleure illustration du fonctionnement à retrouver pour être serein dans sa vibration, reste ce que j’ai trouvé dans la forêt de Brocéliande, avec le parallèle fait avec la légende du roi Arthur.

Dans la forêt de Brocéliande, se trouve le val sans retour. La légende dit que le chevalier impur qui y entre ne peut plus en trouver la sortie, alors que le chevalier au cœur pur peut en revenir.

Sur place on trouve un lac, qui fonctionne comme un ‘miroir aux alouettes’. Celui qui y regarde y voit ses faux désirs, et se trouve piégé dans sa propre incarnation.

Pour avancer, il faut traverser le miroir et plonger dans le lac. Au fond se trouve la dame du lac (le féminin sacré, lié à l’intérieur, qui forge Excalibur, le désir véritable d’incarnation, créé à partir du causal. Le masculin sacré (Arthur) récupère Excalibur pour conquérir son monde à l’extérieur. Il incarne alors ce qu’il est venu vivre. Symboliquement c’est son fils qui est cause de la perte de son royaume, car nos créations ne sont que pour nous et nos enfants ont leurs propres rêves à vivre.

Notre création deviendra leur futur terreau, sur lequel ils construiront dans leur vibration.

Accepter que si nous sommes dans une famille, c’est que l’arbre a appelé notre vibration. Si elle est très différente de celle du reste de la famille, ça implique que l’arbre avait besoin de renouveau. Accepter sa différence et celle des autres, et accepter que l’arbre puisse avoir besoin de toutes les énergies pour avancer.

Ne pas se conformer aux attentes de ses parents, mais les accepter comme repère pour trouver ses propres références de vie, et créer sa propre vie à partir des ressources ancestrales, au lieu de s’excuser de ne pas leur ressembler ou de vouloir à tout prix être comme eux.

Déni de l’humain, déni des besoins, déni des projets

Si on peut être autonome, on doit pouvoir incarner qui on est dans n’importe quelle société avec n’importe quel outil, quel que soit le regard qu’on a sur la société.

Pour moi notre monde est un monde de chimpanzés pensants qui échangent des bouts de papier en trouvant cette activité fabuleuse (diplômes, contrats, argent etc..)

C’est le jeu auquel nous jouons ici, l’autonomie c’est être capable d’entrer dans le jeu sans se perdre dedans, et être capable d’en sortir.

Mieux encore, c’est être capable d’utiliser le jeu actuel pour incarner ce qu’on est venu vivre.

Si on crée un projet, dans le monde relatif où nous sommes, il y aura toujours trois types de réaction :

Ceux qui s’en foutent
Ceux qui trouvent ça horrible
Ceux qui trouvent ça fabuleux

Les gens n’en ayant rien à faire des autres, et ne se voyant qu’eux même à travers les autres, personne ne se soucie de ce qu’on veut créer réellement ni ne nous voit vraiment. Autant créer ce qu’on veut vraiment, dans ce cas, car au fond ça ne change rien.

Accepter de créer ce qu’on a envie et d’en changer quand on le souhaite, sans devenir esclave du positif comme du négatif, écouter son désir véritable (son feu sacré) et l’incarner, à travers soi et ses projets, car lui seul connait le chemin vers le divin pour nous même.

 

Rapport à l’argent, confusions diverses.

L’argent est un thème compliqué, car dans l’inconscient il y a une demi tonne de références qui se font sur des choses qui ne sont pas l’argent mais la symbolique que chacun y a associé.

L’argent en religion ange / démon.

L’argent est profondément associé à la religion dans notre système. Comme pour toute religion (inconsciente en plus), il est associé à l’ange ou au démon. La cause de tous les problèmes ou de toutes les solutions. C’est assez lié au fait que l’argent a été principalement amené et chapeauté par les religions. Ne pas oublier que les templiers étaient parmi les premiers banquiers, et que l’argent a toujours été le principal outil d’influence de la religion sur le roi. On trouve la référence d’acheter les ancêtres (païen) à travers lui.

Confusion argent /pouvoir

Dans la société l’argent est associé au pouvoir de faire ce qu’on veut. Ce qui est complètement faux. Le pouvoir ne vient que de la personne, et passe par la connexion en bas (antenne du bas) et à la puissance de l’être.

Ceux qui ont le vrai pouvoir peuvent créer n’importe quoi n’importe où, y compris au fond de la jungle sans argent.

Confusion jouissance / pouvoir.

Par extrapolation les gens croient qu’ils peuvent jouir de la vie le jour où ils ont le pouvoir sur elle et sur les autres. Comme le pouvoir et l’argent sont confondus dans notre système on associe la jouissance à l’argent. Rien n’est plus faux.

Confusion argent / sang des ancêtres.

L’argent au départ est associé à l’autonomie par rapport à la famille et aux parents. Il est souvent associé au sang de la famille de manière inconsciente. C’est assez général dans la société.

Construction inconsciente, politique , religion.

Dans l’inconscient :

La politique de droite en France, implique de gagner de l’argent pour acheter les relations.
La politique de gauche en France, implique d’avoir des relations pour gagner de l’argent.

C’est bonnet blanc et blanc bonnet.

La droite est associée au catholicisme, et la gauche au protestantisme. (Encore une fois inconsciemment).

C’est donc très religieux, d’où le côté fanatique de la politique, et tout tourne autour de l’interaction avec les autres aux moyens de l’argent. La séparation de la religion et de l’état n’a apporté qu’une couche d’anesthésie sur les problèmes religieux internes en France. (guerre protestant , catholiques, personne n’a digéré la saint Barthélémy au fond).

Dans l’inconscient c’est aussi simple que ça, pour le conscient forcément chacun croit ce qu’il veut, mais pas de bol, c’est l’inconscient qui crée les évènements !

 

L’argent :

L’argent n’est qu’un outil mental qui permet de gérer du donner / recevoir, il ne résout rien, n’apporte rien par lui-même, et est une simple interface de communication sociale.

Il vient quand on a besoin de lui et doit toujours circuler pour être efficace.

Communication humaine et différence de potentiel.

La différence de potentiel crée le courant électrique. Il en va de même du fonctionnement humain, c’est la différence des compétences de chacun qui permet la communication et la circulation de l’information. C’est comme ça, sinon nous ne pourrions pas fonctionner ensemble.

Peu importe la forme qu’on donne à cette communication, ça reste du donner / recevoir.

 

En résumé une fois qu’on a résolu sa survie (enfance), on trouve qui on est (adolescence) puis on le manifeste dans la matière avec les autres en trouvant sa place par rapport à eux  dans la société(adulte).

Ca c’est le fonctionnement normal du bas.

A venir : différentes résonnance pour avancer sur tout ce bordel :)

Partager cet article

Repost 0
espritdelaforet.over-blog.com
commenter cet article

commentaires