Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Liste des stages et inscription : http://www.journal3eoeil.com/

 

25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 19:23

Notre manière de marcher, de penser et de créer nos chemins de vie est la même chose.
Si on apprend à marcher différemment, on apprend à penser différemment et à créer notre vie différemment.


Marcher au hasard en ville ou en forêt.

Quand on croise quelque chose qui nous 'parle' (qui nous plait, ou une énergie qui nous attire si on est clairvoyant), on s'arrête, on diffuse sur le lieu et on lui demande de diffuser sur nous.
(ça peut être un lieu, mais aussi un animal, une plante, une pierre ou encore un égrégore : entreprise, banque, etc..)

Tout va répondre en diffusion, puisque c'est un échange symbiotique naturel, même les égrégores répondent.


Si on est sérieux dans ce qu'on fait, on est en train de tourner en boucle mentale et de s'appliquer. On ne restructure rien, on approfondit un schéma.
Si on joue, on réapprend. Retrouver la spontanéité et l'action juste nécessite de jouer.

Apprendre à marcher 'au hasard' pour 'rien' permet de laisser la porte ouverte à des niveaux plus hauts.
Si on a un trajet répétitif à faire (en allant au boulot tous les matins par exemple), on peut diffuser le long du chemin.
Si on fait bien le boulot et qu'on est présent le chemin est toujours différent.

 

Donc qu'on se transforme à chaque pas sur le même trajet (voie intérieure) ou qu'on change de trajet au hasard
pour se transformer (voie extérieure) on arrive à resynchroniser les deux cerveaux et laisser passer un niveau plus haut.


Je renvoie sur quelques exercices ecrits sur mon ancien blog, même si ma pratique etait bien moins poussée à ce moment là. (histoire de donner une idée d'un cheminement sur ce travail).

 

L'évolution amène l'installation du silence intérieur et la clarté d'esprit. La vacuité apparait alors.

Les perceptions subtiles énergétiques ne sont ni nécessaires ni un signe d'évolution, juste un chemin :)

 

                                                                                             **************


Exercice : Se lever dans un monde étrange.

Je vous invite à partir sur une hypothèse.
Le monde que vous contemplez a été créé par vous cette nuit. Ce matin ce qu'il y a dedans n'est qu'un gigantesque message de votre âme et de votre esprit divin pour vous.

Une boite carrée raconte des choses dans votre salon : mais ce n'est pas la réalité. C'est un bla bla plein d'histoires. Vous vous rappelez plein de choses, mais ce n'est pas la réalité. Ce sont des histoires. Peu importe : elles sont là, alors on va les laisser être là. Mais ce qui est répétitif et du bla bla, ça c'est les histoires.

Là on va observer la réalité. C'est à dire notre journée concrète : ceux qu'on croise et qui nous marquent, ce qu'on fait, les événements qui arrivent devant nous, les douleurs et bobos(petits ou grands) qui ont lieu, les conversations qu'on a avec les autres et pas des histoires liées à la boite carrée du salon ou à internet, sauf si le lien semble réel avec une chose qui nous parle vraiment.

Et si ce matin je prenais le temps de découvrir tranquillement ce monde que je viens de créer de toutes pièces?
Peut être que ma journée sera comme celle d'hier ou celle d'avant ou encore celle d'avant... sauf un petit détail. Et si c'était ça le message de mon âme?


PS:
l'avantage de cet exercice, c'est qu'il peut recommencer... tous les jours !
Une version plus avancée de cet exercice arrive quand on réalise que l'univers est détruit et recréé par le divin sur tous les espaces temps simultanément à chaque inspir et chaque expir.
Rien n'existe alors que le présent et tout peut arriver alors que nous improvisons notre vie sur scène à chaque instant vu que le bouquin est réécrit par le scénariste constamment,  car le divin ne peut se contenter de moins pour s'expérimenter.

                                                                                                  ***************


Exercice : Trajet journalier.

Il s'agit d'observer une étape répétitive de notre vie. Le trajet pour aller au boulot (ou à l'école, ou pour les courses si on ne bosse pas). Si c'est à pied c'est bien, mais en moto, en voiture, en bus, en métro , peu importe.

On va prendre le temps de regarder autour de soi. Rien de plus.

A chaque fois, vous allez vous apercevoir que la machine à bla bla se met en marche instantanément (bla bla bla et au travail, y'a ça, et il faut que je fasse ça bla bla bla). Laissez passer ces pensées là, et reportez votre attention sur ce qui vous entoure.

Vous pouvez regarder :
- La nature qui vous entoure (il y a toujours des arbres, des plantes, des oiseaux, le ciel ! depuis combien de temps n'avez vous pas pris le temps de regarder le ciel pendant un embouteillage?)
- Les gens. C'est fascinant de regarder les gens qui nous entourent. Ca aussi c'est marrant dans le métro ou dans les embouteillages.
- Les couleurs, les sons, les odeurs.

A chaque fois que vous regardez quelque chose, la machine à bla bla se met en marche et donne un avis ou enchaine sur un truc virtuel. Laissez passer et n'y portez pas attention. Ramenez simplement votre attention sur ce qui vous entoure directement et laissez les bla bla passer.

exemple :
- Quelqu'un passe. (bla bla : oula il est comme ci, comme ça, c'est bien , c'est mal etc..; on laisse passer et on se contente de regarder.)
- Un arbre (bla bla : ce week-end je dois jardiner : on laisse passer.)
- Une pub pour un truc (ah c'est vrai que c'est bien ça , je vais en acheter un : hop on laisse passer.)

Essayez de faire ça tous les jours, en redécouvrant le trajet chaque jour comme si c'était la première fois.
Laissez la machine à bla bla en second plan. Dès qu'elle part, vous laissez passer les pensées.

Voyez ensuite sur quel temps réel de trajet vous avez été en train de regarder la réalité et combien de temps vous avez passé en bla bla qui n'ont rien à voir, sans même regarder autour de vous. Voyez avec quelle vitesse vous jugez et partez sur des considérations qui n'ont rien à voir avec chaque chose que vous voyez. Vous verrez que c'est saisissant.

Inutile de forcer, laissez faire ce qui vient comme ça vient.
Le but est de s'observer et d'observer l'extérieur sans jugement et sans attente.

***
explication: sortir de l'hypnose mentale.
***
Le but de l'exercice  est de soulever différents points:
- Faire prendre conscience que nous ne sommes jamais présents là où nous sommes, mais toujours en 'fuite mentale' vers un ailleurs ou dans l'extrapolation de ce que nous voyons. C'en est au point de l'hypnose constante. C'est ça que veut dire le terme 'dormir'. Les gens moyens dorment et rêvent constamment sous hypnose de leur mental.
- Réaliser à quel point il est difficile, voire impossible au départ, d'apaiser le mental et de l'empêcher de s'emballer même quand on a conscience de ce fait.
- Entrapercevoir à quel point nos réactions et ce que nous voyons sont rendus stéréotypés et sans intérêt par lui et à quel point il fonctionne sur un mode de peur personnel et pas de perception objective.
- Comprendre ce que veut dire la 'saisie' du mental. Quand on regarde quelque chose ou qu'on fait quoi que ce soit, il s'en 'saisit' immédiatement en émettant un flot incessant d'avis, en bloquant nos actions et en stéréotypant nos réactions.

Les avantages.

Cet exercice est en fait une pratique de méditation en mouvement.

- Elle permet de pratiquer au quotidien pendant un trajet incompressible qui ne sert à rien (au niveau mental). Donc, même des gens très occupés peuvent trouver le temps de pratiquer.
- Ceux qui ont une pratique assise, vont s'apercevoir à quel point elle devient facile et s'améliore quand on a travaillé un temps la méditation en marche.

Les obstacles:

C'est très pénible à maintenir plus de quelques minutes au début. Simplement parce qu’il existe plein d'obstacles inconscients. Donc, il faut y revenir sans arrêt.

- Très dur à maintenir pour le débutant, on veut toujours revenir à une pensée au départ. (peur des autres, peur de l'extérieur, peur du vide intérieur , des peurs il y en a un paquet, et le débutant n'a pas conscience que c'est la peur qui le ramène à la pensée ...)
- On peut entrer dans un vide détaché et sans intérêt : on est mis face à son manque d'enracinement et à notre propre coupure de la vie. Celle que le mental fiévreux sert précisément à fuir. Dans ce cas remercier le divin de s'en occuper et ne plus s'en soucier (pour lâcher cette fameuse saisie mentale justement!).*

On va s'apercevoir que le mental a forcément besoin de s'accrocher à quelque chose. Nous verrons plus tard quelques points d'attache à lui fournir pour une pratique de base à plus avancée.

PS:
Il ne s'agit pas de forcer quoi que ce soit, mais faire tranquillement comme on peut, un petit peu chaque jour.
Sans avoir écarté un minimum cette saisie constante, toutes les autres pratiques restent illusoires et sans effet.
Au pire, elles conduisent à une auto illusion, puisqu'elles vont être récupérées par le mental systématiquement, et lui, va accorder les choses à sa névrose et à ses peurs.

                                                                                               ****************

Trajet répétitif - sortir de sa bulle.
Nous ne réalisons plus à quel point nous nous enfermons dans une bulle étanche dès que nous sortons de chez nous.

Là, il s'agit, lors du même trajet, de prendre le temps d'échanger avec son environnement.
Pas à un niveau verbal ni médiumnique, mais à un niveau corporel et ressenti simple.

Qu'on le veuille ou non, cet échange a lieu à un niveau inconscient. Mais il s'agit de prendre conscience petit à petit de cet échange. Chaque fois que vous croisez quelqu'un, une part de vous va échanger avec l'autre et une partie de cet échange va arriver au niveau conscient (sous différentes formes).
Il s'agit d'y prêter attention mais pas de s'en saisir mentalement. Donc de constater simplement. (on peut analyser après coup à la fin du trajet).

99% de la communication sont non verbales* avec un autre humain. Et ces 99% de communication existent avec tout l'environnement. Aussi bien ce qui parait inanimé que ce qui parait vivant.

Là, il s'agit d'être attentif/réceptif à cet échange non verbal avec différents types de population:
- humain
- animal
- végétal
- minéral

Rien de bien compliqué, simplement prendre le temps de mettre l'intention de l'échange en laissant toujours le soin à votre part divine de gérer le reste. Un simple 'bonjour intentionnel' (donc non verbal) avec ce que vous croisez. Et laissez faire en observant ce que ça donne. Mais sans penser ou juger.

Là, il s'agit d'être à l'écoute de son ressenti et de ses réactions primaires avant que le mental ne s'en saisisse!
Donc, soit on a assez pratiqué pour écarter ou détourner cette saisie mentale, soit on essaie de percevoir avant qu'il ne donne son avis. Ca permet de commencer à rendre conscient une partie de l'échange inconscient avec l'environnement.

Il s'agit simplement de voir à quel point on est dans une ignorance volontaire de l'extérieur, et à quel point on essaie de se réfugier dans son intérieur tout le temps.

Cette bulle doit s'ouvrir un peu pour commencer à interagir en conscience avec son environnement.

* Ca inclut le langage corporel, les émotions, mais également le ressenti qui en découle.
Là, nous sommes en dehors de toute considération énergétique ou médiumnique.

Avec un homme c'est évident. Va t-il se fermer, reculer, faire un écart, vous sourire, s'ouvrir etc..
Vous noterez le rapport dominant/dominé évident : celui qui détourne les yeux le premier est le dominé. Attention : si vous insistez, ça peut aller à la bagarre! Les gens qui ne détournent jamais les yeux en premier sont hyper dominants. Ca va très vite quand les regards se croisent (en un éclair) mais c'est marrant à observer. Baisser les yeux suffit à désamorcer un conflit, bien souvent, mais ça doit être fait avant d'en arriver au contact verbal ou physique. En résumé on accepte d'être dominé et l'autre considère inconsciemment qu'on n’est plus un danger.
Juste un truc marrant comme ça , mais les comportements inconscients des singes pensants sont très marrants à observer physiquement et il y en a un paquet. C'est le troisième chakra qui gère ça : s’il est parfait chez vous, vous pouvez même être un coach. S’il est défaillant, vous risquez de jouer à Rantanplan dans toutes les situations sociales. Ce qui, souvent, provoque des rejets sociaux, ou un malaise en public.

Avec un animal, l'échange non verbal est assez flagrant.
Avec un végétal, ça l'est moins, mais il suffit de voir ce qu'il inspire comme émotion : attirance, répulsion, joie , etc...
Avec un minéral ça l'est moins encore. Mais c'est pareil qu'un végétal : attirance / rejet, neutralité? etc... (cette pierre vous a toujours plu, ou bien vous détestez sa forme etc...)

//***********************

Renouer le dialogue avec le monde manifesté.
C'est une version un peu plus poussée de l'exercice 1 et 2.

Ici, toujours sur le même trajet et en écartant les bla bla, il s'agit de se mettre à l'écoute du monde lui même.
Pour cela il suffit d'être réceptif, simplement. Quand vous lisez un texte, entendez une musique, voyez quoi que ce soit, laissez venir ce qui vient avant la saisie mentale.

Voyez ce qui vous parle vraiment. Ca peut être un morceau de texte de publicité ou un événement anodin. N'importe quoi en fait. N'essayez pas d'analyser, si rien ne vous parle, tant pis. Il s'agit d'être patient et réceptif.

Le résultat de cet exercice dépend directement du degré de conscience de la personne qui regarde. Pas de don médiumique, ou d'autres choses. Simplement du degré d'éveil. Plus on s'éveille au monde, plus on perçoit à quel point l'univers s'adresse à nous sans arrêt et par tous les moyens possibles.

Au départ le monde peut nous sembler quelque chose d'extérieur qui n'a rien à faire de nous. Mais c'est une projection mentale en réalité. Nous croyons en être séparé et être insignifiant (inconsciemment, même pour les plus prétentieux) et nous projetons cette illusion autour de nous.

Mais plus nous ouvrons les yeux, plus les messages de notre esprit divin deviennent flagrants et constants. Dans les coïncidences, les mots, les musiques, les choses qu'on voit. Avec de la patience, on peut nouer un véritable dialogue avec l'univers, rien que par l'intermédiaire du monde manifesté que l'on contemple.

Il s'agit d'écarter la saisie mentale et d'être à l'écoute de son ressenti, simplement.



**
explication:
**
1) On considère tout comme une fatalité et ne voit qu'un monde extérieur qui nous heurte plus ou moins.
A ce niveau là, forcément, à part essayer de gratter un max de bonheur, et éviter un max d'ennuis, comme on peut, on ne voit pas très bien ce qu'on peut attendre du monde.

2) Ensuite, on comprend que les choses ne semblent pas totalement arriver par hasard, et qu'il existe d'étranges coïncidences. On voit bien qu'il y a comme un truc bizarre, qui est totalement illogique si on considère l'univers comme un truc extérieur et aléatoire. Brusquement, j'ai besoin de telle chose et elle arrive, tel message sur la publicité semble être la réponse exacte à la question que je viens de me poser etc..

3) On comprend que notre perception du monde est déformée par notre émotionnel, notre mental, et plus tard notre karma (quand on accède au spirituel). Que les événements qui arrivent sont provoqués par une part inconsciente mais bien issus de nous. Donc, que notre interaction avec ce monde est très importante.

4) On comprend que ce qu'on perçoit n'est que de la lumière vide déformée par notre esprit, et que donc, tout ce qui s'y trouve n'est réel que parce que notre étincelle divine le crée. Ce qu'on y voit dépend directement de notre niveau de conscience et n'est que notre création. Donc l'extérieur est une projection de l'intérieur.

5) On comprend que tout notre monde manifesté n'est qu'une projection du centre (donc de notre étincelle divine) déformée par notre âme (donc notre karma).C'est pour ça que plus on nettoie notre âme, plus on perçoit le divin en tout. C'est pour ça qu'il n'existe qu'ICI et MAINTENANT et rien d'autre.
Le temps et l'espace n'existent pas et sont notre projection. L'intérieur et l'extérieur ne sont pas séparés.
A ce niveau, on comprend que notre monde manifesté est notre responsabilité totale et qu'il ne s'y trouve que nous même.*



Il y a différents niveaux pour tous ces aspects:

a) L'intuition de ces choses. (on le perçoit, mais on n'en a pas la preuve)
b) La compréhension profonde par l'expérimentation directe mais ponctuelle et indépendante de notre volonté.
c) La possibilité d'interagir par soi-même avec le monde manifesté. (on peut en faire l'expérience à volonté.
Par exemple dans l'étape 3, on peut ouvrir un livre au pif et la première phrase est toujours la réponse à notre question. Si on veut faire de la divination sur le vol des oiseaux dans le ciel, ça marche en gros.
Dans la phase 5, on pourrait avoir une réelle maitrise de son monde manifesté.)


*
Les autres, (au sens large, j'inclus chaque brin d'herbe!) sont des portails vers d'autres mondes et nous fonctionnons comme des ordinateurs en réseau dans le monde manifesté. Mais chaque ordinateur est entièrement responsable de ce qu'il modélise, et n'entrent dans son monde que les consciences avec qui il y a un lien et sous la forme que la personne lui donne.
La connexion étant sans forme et au delà de la dualité (là où nous sommes tous UN), n'y entre que ce que l'étincelle divine de la personne y a invité, pour son évolution. (Cette connexion étant la première vision en perception sans forme que j'ai faite)

Partager cet article

Repost 0
espritdelaforet.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

M 26/01/2012 18:44

Hello, j'avais déjà lu ces passages dans ton ancien blog mais n'avais pas pu les mettre en pratique à l'époque (il y a un an). Ce matin, j'ai essayé sur le chemin vers mon travail et c'était
vraiment cool. En ce qui me concerne je vois rarement les énergies mais en revanche je parle avec les éléments, là ce qui était intéressant c'est que je cherchais moins à obtenir des infos qu'à
observer, j'étais vraiment fasciné par chaque arbre, et même un bus, une vieille balançoire... Au passage je me suis rendue compte que le parc que je longe tous les matins est sacré, et je ne suis
jamais rentré dedans ! Il y avait un tel mystère et des mondes, des milliers de mondes et d'êtrse percevant avec chacun son cosmos, chaque branche de fleur a son monde, un homme fumant sa
cigarette, un arbre rempli d'esprits a son monde... Alors que d'habitude je stresse comme une malade sur le chemin en anticipant mes tâches de la journée, là je me suis littéralement oubliée dans
la contemplation... Merci Christophe.

jardin zen 25/01/2012 21:15

merci ,Christophe pour ce que tu nous rappelles ,aussi patiemment, il y a tellement à "faire" pour le ici et maintenant ,à expérimenter et à vivre dans le paisible joyeux.
Merci d'avoir pris le temps d'écrire un aussi long texte !!
bizzz de la jardin zen