Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Liste des stages et inscription : http://www.journal3eoeil.com/

 

30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 07:29

L'une des questions les plus posées : qui suis-je? Que fais-je ici?

C'est une question à laquelle l'adolescent est censé répondre, et personne ou presque n'y répond dans notre société. Certains croient le faire, mais si on gratte un peu on s'aperçoit qu'ils ne font que rejouer les rôles légués par les ancêtres et pas le leur.

C'est ce qui provoque la difficulté pour les gens de savoir où est leur place et de la créer simplement.

Toutes les difficulté à fonder une famille ou à trouver un emploi, difficulté de donner un sens à sa vie etc..

Le fonctionnement normal:

Normalement on structure d'abord la survie et son identité profonde (chakra I) pendant l'enfance.

Ensuite on structure son identité apparente et son rapport aux autres pendant l'adolescence.(chakra II)

Une fois l'identité structurée, on sait qui on est et on peut chercher sa place dans la société à l’âge adulte (chakra III). 

Les défaillances

N'ayant pas résolu le rapport à la vie et à la mort, notre éducation zappe complètement la phase d'adolescence, on essaie de faire passer directement de l'enfance à l’âge adulte.

C’est dans l’inconscient et les attentes inconscientes qu’on a sur les adolescents que le problème se trouve, pas dans ce qu’on fait concrètement. C’est l’inconscient collectif qui a besoin de bouger, et pour commencer prendre conscience de ce qu’est l’adolescence et à quoi elle sert.

Empêcher la phase d’adolescence est une stratégie de survie, valable socialement mais qui nie l'individu. Vouloir survivre à tout prix, au point de ne plus vivre du tout juste pour se sentir dans une sécurité illusoire.

 

Normalement à la puberté, l'adolescent part en quête de qui il est en rencontrant les autres et en se confrontant à l'extérieur.

Il est configuré pour, étant dans une phase purement instinctive et peu mentale, prêt à essayer un peu toutes les conneries possibles et imaginables.

Il n'y a pas 36 solutions, pour savoir qui on est on est obligé d'essayer les choses et de voir ce qui nous plait ou non.

Empêcher la phase d'adolescence crée en bénéfice secondaire:

- des moutons dépendants du système, puisqu’ils ne savent pas où aller en dehors de ce qu'on leur dit de faire globalement.

- des gens en compétition, puisqu'ils cherchent à distinguer qui ils sont inconsciemment et que c'est le seul moyen laissé à disposition par la société.

Ca permet de sélectionner un certain type d'individus en niant les autres.

- des gens interdits d'exister par eux même en dehors d'un système quelconque (religion, groupe politique, courant de pensée etc..)

Ces stratégies sont des stratégies de survie qui ont fait leur preuve à une époque, tout simplement.

Il s'agit simplement de voir que ces stratégies ne sont plus valables aujourd’hui et arrivent au bout de leur utilité.

 

Réparer ses défaillances au niveau subtil:

Enlever les interdits de vivre sa vie.

Enlever la dépendance affective aux autres et à la société, qui rend nos rapports dégénérés et nous empèche d'exprimer notre individualité.

'Accepter sa propre mort pour vivre sa vie'

'Se laisser pourrir par ses besoins attendris'

'comprendre pourquoi la destinée a tout emmêlé avant de prendre son point d'arrivée'

'se laisser porter par les alibis des parents incapables de vivre leur propre vie'

'Se libérer d'un point de vue erroné pour comprendre son sens de la conception immaculée'

'se salir la vie pour comprendre son point de vue attendri'

Ensuite, eh bien, il n'y a pas d'autres solution que de s'autoriser à essayer de nouvelles choses pour trouver sa voie.

Partager cet article

Repost 0
espritdelaforet.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Fombeure 30/06/2013 11:01

Il faut tomber parfois très bas pour arriver a se structurer, se comprendre, dépasser . C est seulement a ce moment la que l on peut vivre en paix : avec soi même et ensuite avec les autres ou le monde car ayant dépasse nos propres faiblesses plus rien ne nous empêche d aller de l avant et de comprndre l autre y compris son pire "ennemi, je dirais". En chaque être humain il t a du bon. Leur partie sombre parfois voile le personnage réel qu il pourrait être.